Accueil ConsommateurSSD client Examen du SSD OCZ Vertex 4

Examen du SSD OCZ Vertex 4

by Kevin O'Brien

Le SSD OCZ Vertex 4 est une étape audacieuse pour l'entreprise - OCZ a abandonné le contrôleur LSI SandForce de haut vol pour son propre Indilinx Everest 2 dans le SSD client phare Vertex 4. On pourrait dire qu'OCZ a eu autant à voir avec le succès de SandForce que SandForce avec celui d'OCZ. Mais OCZ voulait depuis longtemps posséder sa propre technologie de contrôleur, en achetant Indilinx pour apporter cette IP clé en interne. Les premiers produits destinés aux consommateurs du contrôleur Indlinx mis à jour étaient les SSD Octane et Petrol, qui ont bien fonctionné avec la validation du marché. Avec le Vertex 4 sur Everest 2, OCZ va tout-en-un, s'engageant à aller de l'avant au moins dans l'espace grand public, avec ses propres contrôleurs et technologies.


Le SSD OCZ Vertex 4 est une étape audacieuse pour l'entreprise - OCZ a abandonné le contrôleur LSI SandForce de haut vol pour son propre Indilinx Everest 2 dans le SSD client phare Vertex 4. On pourrait dire qu'OCZ a eu autant à voir avec le succès de SandForce que SandForce avec celui d'OCZ. Mais OCZ voulait depuis longtemps posséder sa propre technologie de contrôleur, en achetant Indilinx pour apporter cette IP clé en interne. Les premiers produits destinés aux consommateurs du contrôleur Indlinx mis à jour étaient l'Octane et Essence Les SSD, qui se sont bien comportés avec la validation du marché. Avec le Vertex 4 sur Everest 2, OCZ va tout-en-un, faisant avancer l'engagement dans l'espace grand public au moins, avec ses propres contrôleurs et technologies.

Nous avons longtemps fait l'éloge de ceux qui possèdent leurs propres contrôleurs pour diverses raisons, la principale étant l'amélioration de la fiabilité et du support. Grâce à la présence d'équipes d'ingénieurs en interne qui comprennent le contrôleur et le reste des composants de la carte, il est plus facile de concevoir le lecteur et le micrologiciel exactement comme ils le souhaitent, ainsi que d'offrir une assistance réactive en cas de problème. OCZ a également la possibilité de concevoir le contrôleur exactement comme il le souhaite, au lieu d'avoir à en acheter un sur étagère, comme les dizaines d'autres qui achètent des contrôleurs SandForce.

OCZ différencie le Vertex 4 des autres SSD de niveau passionné par la technologie et les performances. Côté technologie, les SSD Everest 2 bénéficient de ce que OCZ appelle Ndurance 2.0, un ensemble de technologies qui inclut une amplification réduite en écriture sans compression, EDD multi-niveaux, gestion adaptative du flash NAND. Ils offrent également le cryptage automatique, la prise en charge AES-256 et la technologie Redundant NAND Array, qui protège des pannes de flash NAND et des erreurs de données non corrigibles en générant des informations de données de parité, en les répartissant sur plusieurs cellules NAND.

Sur le plan des performances, les performances augmentent avec la capacité. Le Vertex 512 haut de gamme de 4 Go offre des lectures séquentielles jusqu'à 535 Mo/s, des écritures jusqu'à 475 Mo/s et des IOPS en lecture aléatoire de 95,000 4 (32K QD85,000) et des écritures de 4 4. OCZ présente le Vertex XNUMX comme un appareil performant au-delà des bases, avec des performances de lecture XNUMXK à la pointe de l'industrie et capable de gérer des données compressibles et incompressibles dans la même mesure.

L'OCZ Vertex 4 sera initialement livré en trois capacités; 128 Go, 256 Go et 512 Go avec des PDSF de 179 $, 349 $ et 699 $ respectivement. Le Vertex 4 porte un facteur de forme standard de 9.5 mm 2.5″ avec une interface SATA 6 Gb/s et est livré avec un adaptateur de baie de bureau 3.5″. OCZ offre une garantie standard de cinq ans, ce qui est le point culminant pour les SSD clients.

Spécifications OCZ Vertex 4 :

  • Capacités
    • 128GB (VTX4-25SAT3-128G)
      • Lecture maximale : 535 Mo/s
      • Ecriture maximale : 200 Mo/s
      • IOPS en lecture aléatoire : 90,000 4 (32K QDXNUMX)
      • IOPS en écriture aléatoire : 85,000 4 (32K QDXNUMX)
      • IOPS max : 120,000 512 (lecture aléatoire XNUMX B)
    • 256GB (VTX4-25SAT3-256G)
      • Lecture maximale : 535 Mo/s
      • Ecriture maximale : 380 Mo/s
      • IOPS en lecture aléatoire : 90,000 4 (32K QDXNUMX)
      • IOPS en écriture aléatoire : 85,000 4 (32K QDXNUMX)
      • IOPS max : 120,000 512 (lecture aléatoire XNUMX B)
    • 512GB (VTX4-25SAT3-512G)
      • Lecture maximale : 535 Mo/s
      • Ecriture maximale : 475 Mo/s
      • IOPS en lecture aléatoire : 95,000 4 (32K QDXNUMX)
      • IOPS en écriture aléatoire : 85,000 4 (32K QDXNUMX)
      • IOPS max : 120,000 512 (lecture aléatoire XNUMX B)
  • Manette Indlilinx Everest 2
  • NAND MLC synchrone 2Xnm
  • Cache DRAM - jusqu'à 1 Go
  • Interface SATA 6 Go/s
  • Facteur de forme 2.5″
  • Hauteur d'entraînement de 9.5 mm
  • Dimensions – 99.8 x 69.63 x 9.3 mm
  • Poids - 101g
  • MTBF - 2 millions d'heures
  • Protection du chemin des données – BCH ECC corrige jusqu'à 128 bits aléatoires/1 Ko
  • Cryptage – Fonctionnalités du mode de sécurité ATA conformes à la norme AES 256 bits
  • Consommation d'énergie – Inactif : 1.3 W Actif : 2.5 W
  • Température de fonctionnement – ​​0°C ~ 70°C
  • Température ambiante – 0°C ~ 55°C
  • Température de stockage – -45°C ~ 85°C
  • Résistance aux chocs - 1500G
  • Garantie de cinq ans

Concevoir et construire

OCZ a continuellement fait évoluer la conception et la construction de ses populaires SSD grand public. En commençant par un corps entièrement métallique avec une plaque de support en métal, OCZ l'a mis à jour en un couvercle supérieur en plastique et un assemblage de base en métal à mi-chemin dans la gamme de produits Vertex 3. Cette conception a été transférée au nouveau OCZ Vertex 4, bien que la plaque en métal poli ait désormais une finition en métal brossé semi-rugueux. En dehors de cela et d'une légère différence de texture avec le couvercle au fini semi-mat, le lecteur est presque identique aux modèles trouvés dans d'autres familles de produits OCZ, à l'exception de la couleur de l'autocollant.

Pour ceux qui ne connaissent pas les conceptions de la famille de produits, la gamme Vertex est noire et argentée, la gamme Agility est noire et verte, le cache Synapse est noir et bleu et l'autre SSD Octane alimenté par Indilinx est noir et orange. Cette conception de couleurs cohérentes a permis d'associer de nouveaux produits aux gammes existantes, en particulier avec des familles de produits établies telles que les séries Vertex ou Agility.

 

Le côté et l'avant de l'OCZ Vertex 4 sont plutôt simplistes, mis à part les trous de montage horizontaux pour les caddies de disque ou les connexions d'alimentation et SATA à l'avant pour connecter le SSD à un ordinateur. Pour toutes les mises à jour logicielles, OCZ propose OCZToolbox, qui permet également aux utilisateurs de vérifier la santé de leur SSD, de l'effacer en toute sécurité, ainsi que d'effectuer toute future mise à jour logicielle. Une chose que tout utilisateur doit vérifier avant de mettre à jour son SSD est de savoir si la mise à jour du firmware est destructive ou non, car si c'est le cas, vous devrez sauvegarder toutes les données sinon elles seront effacées (même s'il s'agit d'un conseil important avant toute mise à jour).

Le bas du Vertex 4 affiche des informations importantes sur le lecteur sur un autocollant comprenant le numéro de série et le numéro de pièce. Un autocollant annulant la garantie est également inclus sur l'une des quatre vis, qui, s'il est altéré, annule la garantie et l'assistance du lecteur.

Démontage

En guise d'avertissement pour ceux qui envisagent de déchirer leur nouvel OCZ Vertex 4, sachez que vous annulez votre garantie dans le processus. En plus d'essayer d'obtenir une confirmation physique sur ce que sont les composants internes, il n'y a vraiment aucune raison d'en ouvrir un lors d'une utilisation normale.

L'OCZ Vertex 4 est très facile à démonter avec un tournevis cruciforme. Après avoir retiré quatre vis autour du périmètre et percé l'autocollant de garantie, le capot supérieur se détache, exposant le PCB à l'intérieur. La carte de circuit imprimé est maintenue en place avec deux vis supplémentaires, avec un seul tampon thermique entre le couvercle inférieur en métal et le processeur Indilinx. Alors que les SSD grand public et d'entreprise repoussent les limites en termes de performances, il est de plus en plus important de prêter attention aux thermiques du disque.

Au cœur du nouveau OCZ Vertex 4 se trouve un processeur Indilinx IDX400M00-BC. Ce n'est en aucun cas une surprise compte tenu des annonces d'appels passés aux investisseurs et de l'avant-première au CES, mais cela représente un changement radical pour OCZ. Les deux dernières générations de SSD Vertex ont utilisé les deux dernières générations de processeurs LSI SandForce, y compris le SATA 3Gbs SF-1200 et plus tard le SATA 6Gbs SF-2200. Depuis l'utilisation d'Indilinx dans le premier SSD Vertex, OCZ a depuis acquis la société et a intégré toute la R&D en interne. S'éloigner de LSI pour un contrôleur relativement nouveau dans votre produit phare est une décision pour le moins audacieuse.

Dans les modèles Vertex 512 de 256 Go et 4 Go que nous avons reçus pour examen, les deux utilisent seize pièces NAND 25 nm synchrones Intel IMFT, variant entre 32 Go et 16 Go selon la capacité globale. Il s'agit de la même NAND trouvée à l'intérieur du Vertex 3 standard ainsi que du SSD Octane. Bien qu'aucun Vertex 4 amélioré n'ait été annoncé utilisant Toggle NAND, comme l'OCZ Vertex 3 Max IOPS, nous n'excluons pas cette combinaison à l'avenir.

Benchmarks synthétiques

L'OCZ Vertex 4 utilise la NAND MLC synchrone 25 nm d'Intel, un contrôleur Indilinx Everest 2 et une interface SATA 6.0 Gb/s ; nos unités d'examen sont de 256 Go et 512 Go. Les comparables utilisés pour cet examen incluent les SSD récemment testés suivants : Intel SSD 520 (240 Go, SandForce SF-2281, NAND Intel 25 nm, SATA), OCZ Vertex 3 IOPS MAXIMUM (240 Go, SandForce SF-2281, Toshiba 32nm MLC NAND, SATA), Octane OCZ (512 Mo, Everest, Intel 25 nm MLC NAND, SATA), Plextor PX-M3P (256 Go, Marvell 9174, Toshiba 24nm MLC Toggle NAND, SATA) et le Samsung 830 (256 Go, contrôleur Samsung MCX à 3 cœurs, Samsung 2x nm Toggle NAND Flash, SATA). Tous les chiffres IOMeter sont représentés sous forme de chiffres binaires pour les vitesses en Mo/s. Tous les SSD ont été testés sur notre plateforme de test client.

OCZ répertorie le Vertex 4 comme ayant une vitesse de lecture séquentielle maximale de 535 Mo/s et une vitesse d'écriture de 475 Mo/s. Nous avons utilisé IOMeter avec un transfert de gros blocs pour voir comment le lecteur fonctionnait dans notre banc d'essai grand public.

Avec un transfert séquentiel de gros blocs, l'OCZ Vertex 512 de 4 Go mesurait 468 Mo/s en lecture et 440 Mo/s en écriture. Le Vertex 256 de 4 Go mesurait 469 Mo/s en lecture et 357 Mo/s en écriture.

Notre prochain test reste avec le même transfert de gros blocs mais passe de transactions séquentielles à des transactions aléatoires.

Dans un réglage aléatoire de gros blocs, l'OCZ Vertex 4 mesurait 399 Mo/s en lecture et 439 Mo/s en écriture avec le modèle 512 Go. Le Vertex 256 de 4 Go mesurait 365 Mo/s en lecture et 353 Mo/s en écriture.

Le pain et le beurre des SSD étant leur vitesse d'E / S aléatoire de 4K, nous examinons les performances à faible profondeur de file d'attente, ainsi que les performances étendues pour voir dans quelle mesure les performances évoluent sous des profondeurs de file d'attente plus élevées.

Avec une profondeur de file d'attente de 1, l'OCZ Vertex 4 offrait les vitesses de lecture et d'écriture 4K les plus élevées du groupe. Le Vertex 512 de 4 Go mesurait 8,064 31.5 IOPS ou 4 Mo/s en lecture 21,396K et 83.58 4 IOPS ou XNUMX Mo/s en écriture XNUMXK.

La prochaine série de tests examine les performances étendues, pour mesurer la vitesse de lecture et d'écriture en rafale 4K, ainsi que pour mesurer les niveaux d'E/S de pointe.

Dans notre tableau de lecture 4K étendu, l'OCZ Vertex 4 s'est rapidement distingué de la concurrence aux profondeurs de file d'attente inférieures, atteignant une vitesse de pointe de 85,363 32 IOPS à une profondeur de file d'attente de XNUMX.

Dans notre tableau d'écriture 4K en rampe, l'OCZ Vertex 512 de 4 Go a fléchi ses muscles, culminant à une vitesse de 82,091 4 IOPS à une profondeur de file d'attente de 78,000. Aux profondeurs de file d'attente les plus élevées, les performances se sont stabilisées au-dessus de XNUMX XNUMX IOPS.

En élargissant notre test QD1 4K, nous examinons la latence d'écriture de chaque SSD. Des nombres inférieurs sont meilleurs, car cela signifie moins de temps d'attente pour le traitement de l'activité. La latence maximale est également importante, bien que ce nombre puisse changer à mesure que la NAND s'use avec le temps. L'OCZ Vertex 4 offrait la latence moyenne et maximale la plus faible à QD1 dans IOMeter. Nous avons mesuré une latence moyenne de 0.0462 ms à partir du modèle 256 Go et de 0.0467 ms à partir du modèle 512 Go avec une latence de pointe ultra-faible de 0.99 ms et 1.01 ms respectivement.

Notre dernier groupe de benchmarks synthétiques IOMeter grand public examine les profils de serveurs à charge mixte, notamment la base de données, la station de travail, le serveur de fichiers et le serveur Web. L'OCZ Vertex 4 dans un environnement de charge de travail mixte offrait de bonnes performances, mesurant le milieu du peloton par rapport aux autres disques de ce groupe, ou aux SSD alimentés par SandForce fonctionnant avec des données incompressibles.

Benchmarks du monde réel

Pour le consommateur moyen, essayer de traduire des vitesses d'écriture 4K aléatoires dans une situation quotidienne est assez difficile. Cela aide à comparer les lecteurs dans tous les paramètres possibles, mais cela ne se traduit pas exactement par une utilisation quotidienne plus rapide ou de meilleurs temps de chargement de jeu. Pour cette raison, nous nous sommes tournés vers nos traces StorageMark 2010, qui incluent les traces HTPC, de productivité et de jeu pour aider les lecteurs à savoir comment un disque pourrait se classer dans leurs conditions.

L'une des nouvelles fonctionnalités de l'OCZ Vertex 4 et du micrologiciel Indilinx est la prise en charge de la lecture anticipée ATA8. Pour l'utilisateur moyen, cela se traduit par des performances plus élevées dans le cadre de vos activités normales, mais pour un examinateur, cela signifie s'assurer que vos références sont compatibles et afficher correctement ces gains de performances. À ce jour, nos traces ont interagi avec des SSD et des disques durs dans un état non formaté. Cette méthode fonctionne très bien pour exclure toute interaction du système d'exploitation avec nos benchmarks, mais désactive également les nouveaux avantages du système de fichiers tels que ceux trouvés sur le nouveau Vertex 4. Pour cette raison, nous incluons à la fois notre exécution de trace standard ainsi que celle effectuée avec un système de fichiers présent sur le lecteur testé.

Le premier test réel est notre scénario HTPC. Dans ce test, nous incluons : la lecture d'un film HD 720P dans Media Player Classic, un film SD 480P dans VLC, trois films téléchargés simultanément via iTunes et un flux HDTV 1080i enregistré via Windows Media Center sur une période de 15 minutes. Des débits IOps et Mo/s plus élevés avec des temps de latence plus faibles sont préférables. Dans cette trace, nous avons enregistré 2,986 1,924 Mo en cours d'écriture sur le lecteur et 32 2007 Mo en cours de lecture. Notre deuxième test en situation réelle couvre l'activité du disque dans un scénario de productivité. À toutes fins utiles, ce test montre les performances du lecteur dans le cadre d'une activité quotidienne normale pour la plupart des utilisateurs. Ce test comprend : une période de trois heures dans un environnement de productivité bureautique avec Vista 8 bits exécutant Outlook 2007 connecté à un serveur Exchange, la navigation sur le Web avec Chrome et IE4,830, la modification de fichiers dans Office 2,758, la visualisation de fichiers PDF dans Adobe Reader, et une heure de lecture de musique locale avec deux heures supplémentaires de musique en ligne via Pandora. Dans cette trace, nous avons enregistré XNUMX XNUMX Mo en cours d'écriture sur le lecteur et XNUMX XNUMX Mo en cours de lecture.

Dans notre trace HTPC, l'OCZ Vertex 4 mesurait 248.95 Mo/s et 236.80 Mo/s en moyenne pour les capacités de 512 Go et 256 Go respectivement dans un état non formaté. Travaillant à l'intérieur d'un système de fichiers, les vitesses ont augmenté à 274.16 Mo/s et 247.34 Mo/s.

Notre deuxième test en situation réelle couvre l'activité du disque dans un scénario de productivité. À toutes fins utiles, ce test montre les performances du lecteur dans le cadre d'une activité quotidienne normale pour la plupart des utilisateurs. Ce test comprend : une période de trois heures dans un environnement de productivité bureautique avec Vista 32 bits exécutant Outlook 2007 connecté à un serveur Exchange, la navigation Web avec Chrome et IE8, la modification de fichiers dans Office 2007, la visualisation de fichiers PDF dans Adobe Reader, et une heure de lecture de musique locale avec deux heures supplémentaires de musique en ligne via Pandora. Dans cette trace, nous avons enregistré 4,830 2,758 Mo en cours d'écriture sur le lecteur et XNUMX XNUMX Mo en cours de lecture.

Dans notre trace de productivité, l'OCZ Vertex 512 de 4 Go mesurait 168 Mo/s en moyenne lorsqu'il était testé dans un état non formaté et 174 Mo/s avec un système de fichiers en place. Le modèle de 256 Go mesurait 163 Mo/s en moyenne non formaté et 164 Mo/s avec un système de fichiers.

Notre troisième test en conditions réelles couvre l'activité du disque dans un environnement de jeu. Contrairement à la trace HTPC ou Productivity, celle-ci repose fortement sur les performances de lecture d'un lecteur. Pour donner une ventilation simple des pourcentages de lecture/écriture, le test HTPC est de 64 % en écriture, 36 % en lecture, le test de productivité est de 59 % en écriture et 41 % en lecture, tandis que la trace de jeu est de 6 % en écriture et 94 % en lecture. Le test consiste en un système Windows 7 Ultimate 64 bits préconfiguré avec Steam, avec Grand Theft Auto 4, Left 4 Dead 2 et Mass Effect 2 déjà téléchargés et installés. La trace capture l'activité de lecture intensive de chaque chargement de jeu depuis le début, ainsi que les textures au fur et à mesure que le jeu progresse. Dans cette trace, nous avons enregistré 426 Mo en cours d'écriture sur le lecteur et 7,235 XNUMX Mo en cours de lecture.

Dans notre trace de jeu avec un fort accent sur l'activité de lecture, l'OCZ Vertex 512 de 4 Go mesurait 228 Mo/s en moyenne non formaté et accélérait jusqu'à 323 Mo/s avec un système de fichiers. Le 256 Go mesurait 228 Mo/s et accélérait également jusqu'à 323 Mo/s.

Repères de latence

L'une des tendances émergentes qui affectent les périphériques de stockage dans les applications grand public et d'entreprise est une déconnexion entre les IOPS ou Mo/s et la latence. Avec des produits flash sur le marché qui saturent généralement les interfaces SATA 6 Gb/s avec des vitesses de lecture ou d'écriture séquentielles de plus de 500 Mo/s, ou atteignent des chiffres IOPS importants, essayer de tout trier de manière significative peut devenir difficile. À cette fin, nous introduisons une nouvelle gamme de tests visant spécifiquement à présenter la latence du disque d'une manière qui imite mieux ce que les produits pourraient voir dans le monde réel. Peu de disques grand public, voire aucun, ne seront jamais soumis à une charge de profondeur de file d'attente maximale dans un environnement normal, alors pourquoi ne tester les disques que dans ces conditions ?

Le premier ensemble de nouveaux tests de latence que nous introduisons concerne un objectif d'E/S spécifique ; atteignant 40,000 4 IOPS 10K en lecture ou en écriture sous nos paramètres. Nous fixons la limite supérieure à une profondeur de file d'attente de 85 et voyons à quel point chaque disque doit travailler pour atteindre ce chiffre. Nous mesurons la latence moyenne et maximale et classons les SSD en conséquence, ainsi que la profondeur de la file d'attente nécessaire pour atteindre la cible. Les lecteurs qui sont sur le point de manquer la cible, ou qui la manquent entièrement, sont ombrés en rouge ou dans un dégradé de celui-ci, tandis que les lecteurs qui peuvent atteindre cet objectif avec moins de travail sont plus proches du bleu. Pour tenir compte des SSD qui fonctionnent mieux avec des données compressibles, nous utilisons un modèle de données avec un niveau d'incompressibilité de XNUMX % pour imiter partiellement le monde réel.

Notre premier benchmark de latence porte sur la latence de lecture 4K avec un objectif de 40,000 XNUMX IOPS.

Le Plextor PX-M3P propulsé par Marvell était en tête du peloton avec une latence moyenne de 0.097 ms et une profondeur de file d'attente de 4. Ceci par rapport à l'OCZ Vertex 4 qui mesurait 0.166 ms et 0.167 ms pour les capacités de 256 Go et 512 Go respectivement, nécessitant une profondeur de file d'attente. de 6.5.

Nos prochains benchmarks de latence mesuraient une latence d'écriture de 4K, également avec un objectif de 40,000 XNUMX IOPS.

Avec de solides performances d'E / S hors ligne, l'OCZ Vertex 4 a montré sa force en tête du peloton par une large marge. Les Vertex 256 de 512 Go et 4 Go avaient une latence moyenne de 0.096 ms et 0.102 ms, avec une profondeur de file d'attente mesurée de 4 dans ce test spécifique. Ceci par rapport au SSD Intel 520 qui mesurait 0.146 ms ou au Vertex 3 MAX IOPS qui 0.189 ms en moyenne pour accomplir la même tâche.

Benchmarks d'entreprise

Dans un environnement d'entreprise, la rafale initiale n'est guère pertinente si après une heure d'utilisation, le disque ne reverra plus jamais cette vitesse. C'est là qu'intervient l'analyse comparative de l'état stable, montrant comment le disque fonctionne lorsqu'il est sous une charge 24h/7 et XNUMXj/XNUMX. Pour cette raison, tous les repères suivants ont été préconditionnés et enregistrés en régime permanent.

Nous avons utilisé notre environnement de test d'entreprise StorageReview pour évaluer l'OCZ Vertex 4 ; représentant avec précision ses capacités dans un environnement d'entreprise. La plate-forme de test d'entreprise est basée sur un Lenovo Think Server RD240, équipé de deux processeurs Intel Xeon X5650, exécutant Windows Server 2008 R2. Pour les benchmarks à disque unique, nous connectons chaque SSD via un HBA LSI SAS 9211-8i pour mesurer les performances sans aucune influence de la mise en cache. Tous les chiffres IOMeter sont représentés sous forme de chiffres binaires pour les vitesses en Mo/s. Tous les tests sont effectués en régime permanent. Chacun de nos tests de profil de serveur a une forte préférence pour l'activité de lecture, allant de 67 % de lecture avec notre profil de base de données à 100 % de lecture dans notre profil de serveur Web.

Une chose à comprendre à propos de l'analyse comparative à l'état stable sur les SSD est que, d'une manière générale, les modèles avec un niveau plus élevé de sur-approvisionnement fonctionnent mieux. Cela pourrait désavantager un disque comme l'OCZ Vertex 4 ou le Plextor M3P, mais l'autre côté de l'équation est que nous testons avec des données entièrement incompressibles dans ce domaine, ce qui est le pire scénario pour les disques équipés de SandForce qui augmentent la vitesse de compression des données.

Le premier est notre profil de base de données, avec une combinaison de charge de travail de 67 % en lecture et 33 % en écriture, principalement centrée sur des tailles de transfert de 8K.

Dans un environnement de base de données d'entreprise, l'OCZ Vertex 4 s'est comporté vers le haut du peloton par rapport aux autres SSD clients. Le Vertex 512 de 4 Go offrait une vitesse de 8,374 10,636 E/S, contre 3 3,000 E/S du Plextor PX-MXNUMXP, ou une faible plage de XNUMX XNUMX E/S des SSD alimentés par SandForce.

Le profil suivant examine un serveur de fichiers, avec une charge de travail de 80 % en lecture et 20 % en écriture répartie sur plusieurs tailles de transfert allant de 512 octets à 64 Ko.

Dans un environnement de serveur de fichiers, l'OCZ Vertex 512 de 4 Go est resté en avance sur le Vertex 3 MAX IOPS et l'Intel SSD 520 avec une vitesse moyenne de 9,460 XNUMX E/S.

Notre profil de serveur Web est en lecture seule avec une répartition des tailles de transfert de 512 octets à 512 Ko.

Dans un scénario de serveur Web, le Vertex 4 s'est classé au milieu du peloton avec une vitesse moyenne de 18,784 512 E/S à partir du modèle XNUMX Go.

Le dernier profil concerne un poste de travail, avec un mélange de 20 % d'écriture et de 80 % de lecture utilisant des transferts 8K.

Dans un poste de travail, l'OCZ Vertex 4 a obtenu des performances supérieures à celles du Samsung SSD 830, de l'OCZ Vertex 3 MI et du Intel SSD 820 avec une vitesse moyenne de 10,558 3. Le Plextor PX-M16,195P était en tête du peloton dans cette référence, avec une vitesse de XNUMX XNUMX E/S.

Consommation d'énergie

Lorsque l'on regarde n'importe quel SSD moderne, la consommation d'énergie est un énorme facteur décisif pour de nombreux acheteurs mobiles, car le disque lui-même peut représenter une grande partie de la puissance totale utilisée dans un ordinateur portable donné. Dans nos tests de consommation d'énergie, nous examinons la consommation d'un lecteur donné pendant les activités de lecture et d'écriture, ainsi que les exigences de démarrage et d'inactivité.

OCZ répertorie une consommation d'énergie au repos de 1.3 watts avec une consommation d'énergie active de 2.5 watts. Lors de nos tests, nous avons mesuré une utilisation de la puissance au ralenti de 1.26 à 1.28 watt pour les modèles 512 Go et 256 Go respectivement. Sous une charge d'écriture séquentielle, nous avons mesuré une valeur maximale de 3.93 watts à partir du modèle 256 Go et de 4.83 watts à partir du Vertex 512 de 4 Go. La lecture séquentielle mesurait 2.33 watts et 2.37 watts, la lecture 4K aléatoire ne nécessitant que 1.55 et 1.56 watts. Le démarrage sur les deux modèles était d'environ 2.5 watts.

Conclusion

Lorsque nous avons annoncé pour la première fois la nouvelle du passage d'OCZ à Everest 2 pour le SSD phare Vertex 4, nous savions que ce serait à la fois une décision audacieuse et nécessaire pour la viabilité à long terme de l'entreprise, car seuls ceux qui peuvent différencier leurs SSD avec des technologies uniques pourront accroître considérablement leur part de marché. En tirant parti de leurs propres technologies de contrôleur, OCZ peut non seulement modifier le contrôleur et le micrologiciel exactement comme ils le souhaitent, mais ils peuvent également répondre plus rapidement aux besoins d'assistance au fur et à mesure qu'ils surviennent, éliminant ainsi les goulots d'étranglement qui pourraient survenir autrement. Le gain de marge supplémentaire devrait également profiter aux consommateurs, car OCZ a plus de pouvoir en matière de tarification, comme en témoignent leurs PDSF pour le Vertex 4, qui sont bien inférieurs au prix public pour le Vertex 3 Max IOPS et proches de la parité selon le revendeur avec le Vertex 3 standard. Compte tenu des remises fréquentes et autres promotions dans l'espace SSD client, il ne faudra pas longtemps avant que nous voyions des prix de vente encore plus agressifs pour le Vertex 4.

Les principaux points forts de l'OCZ Vertex 4 et du contrôleur Indilinx Everest 2 sont ses vitesses d'écriture incompressibles et ses vitesses d'E/S aléatoires à faible profondeur de file d'attente à la pointe de l'industrie. Le Vertex 4 a pu surpasser les autres SSD en regardant ses vitesses d'écriture 4K, atteignant sa vitesse maximale de 82,000 512 IOPS pour le modèle 16 Go à une profondeur de file d'attente de quatre, tandis que d'autres avaient besoin d'une profondeur de file d'attente de 4 ou plus pour atteindre leur performance maximale. . Dans nos nouveaux tests de latence d'E/S fixes, nous avons également constaté des temps de latence moyens nettement inférieurs du Vertex 40,000 atteignant un objectif de 0.096 XNUMX IOPS avec des temps de réponse de XNUMX ms. Cela contrastait avec d'autres contrôleurs qui atteignaient le chiffre IOPS, mais avec des temps de réponse beaucoup plus lents.

OCZ a battu son propre calendrier pour la sortie du Vertex 4 d'au moins deux mois, montrant sa confiance dans ses prouesses techniques. Alors que plus de temps de test aurait pu améliorer les performances dans certains domaines, OCZ a clairement estimé que le Vertex 4 était prêt pour la plupart des charges de travail des consommateurs qui ont souvent un comportement linéaire. Comme nous l'avons vu lors de nos tests, le Vertex 4 tombe lorsque des charges de travail mixtes sont introduites, y compris nos traces de productivité et HTPC ou notre profil IOMeter Workstation. Même avec nos plaintes concernant ces domaines de performances, il est important de se rappeler que le Vertex 4 sera continuellement amélioré via des mises à jour du micrologiciel, similaires aux mises à jour que nous avons vues pour l'OCZ Octane depuis sa sortie. Il s'agit d'une considération importante lorsque vous commencez à regarder au-delà des améliorations de performances et plutôt aux corrections de bogues, où un fabricant de contrôleurs tiers peut ne pas avoir les mêmes priorités que le fournisseur de SSD.

Avantages

  • Aucune baisse de performance avec des données incompressibles
  • Même des vitesses en régime permanent
  • Meilleures performances 4K aléatoires
  • Échelles de performance avec capacité

Inconvénients

  • N'a pas excellé dans nos benchmarks du monde réel
  • Les charges de travail mixtes des clients pourraient être meilleures

Conclusion

Le Vertex 4 souligne l'engagement d'OCZ à construire un portefeuille IP approfondi pour améliorer encore ses offres SSD. Dans l'ensemble, nous avons trouvé que le Vertex 4 était un interprète fiable, se distinguant par des performances 4K aléatoires. De plus, le Vertex 4 ne perd pas en performances avec des données incompressibles et était même tout au long des tests en régime permanent. Alors que nous espérions quelques entrées supplémentaires près du sommet de nos palmarès, pour le grand public, le Vertex 4 fera le travail, avec des prix qui feront du lecteur une alternative attrayante aux options concurrentes.

OCZ Vertex 4 sur Amazon.com

Discutez de cet avis

StorageReview-Twitter